Vieux joueur - Jeux d'hier et d'aujourd'hui

Chroniques sur les jeux vidéos de tous les horizons et toutes les époques.

MadWorld (2009)

madworldDébuts en fanfare pour Platinum Games qui nous assène en pleine figure un MadWorld qui fait véritablement figure d’ovni dans le monde du jeu vidéo. Le genre de titre que de nombreux gamers espéraient secrètement depuis bien longtemps sans réellement y croire tant les interdits et la gratuité de la chose semblaient des obstacles infranchissables. C’est désormais chose faite, et avec la manière. Car s’il y a un qualificatif qui s’applique à la perfection à MadWorld, c’est bien « boucherie ». Véritable jeu de massacre du début à la fin, le soft ne dément pas la réputation sulfureuse qui le précédait depuis quelques mois. S’inspirant énormément de la BD (Frank Miller) et du cinéma de genre (Sin City pour l’esthétique, La Dixième victime et/ou Running Man mais aussi Battle Royale pour le scénario déviant et cynique à souhait), MadWorld redonne ses lettres de noblesse (des lettres de sang bien sûr) au beat’em all dont il redéfinit pourtant toutes les règles ou presque en ne souffrant simplement plus aucun interdit. Grisant !

madworld1Dans la peau de Jack Cayman (fusion du Marv de Sin City et de Hellboy pour le cigare vissé au bec), le joueur va devoir participer à un reality show d’un genre un peu particulier, le Death Watch. Barricadés dans Varrigan City (un peu à la manière des New York 1997 et Los Angeles 2013 de John Carpenter), des terroristes d’un nouveau genre organisent un jeu de massacre avec pour le vainqueur 100 millions de dollars à la clé. Un classement est actualisé à la fin de chaque niveau (une douzaine) pour savoir où se situe le héros dans l’émission. Et je dis bien émission car toutes les actions de Jack sont commentées « en direct » par un retraité du jeu accompagné d’un animateur survolté, ce qui vous oblige au passage à varier un peu les plaisirs sous peine de saturation. Ce serait dommage de devenir violent quand même… Ajoutez à cela les interventions du mystérieux sponsor 13, et vous comprendrez que le côté immersif du jeu a été véritablement soigné.

madworld2Côté réalisation maintenant, il convient d’abord de signaler que MadWorld est incroyablement beau pour un jeu Wii. Bon, le style graphique à la Sin City y est forcément pour beaucoup, mais on ne peut qu’encourager les autres développeurs à avoir autant d’audace dans leurs projets. Seul petit bémol à tout ça, le jeu est un brin trop scrypté avec un système de QTE pour tous les finish brutaux. Jouissifs (car inventifs) mais un peu lassants à la longue. Même chose pour la caméra, pas franchement idéale par moments. A noter aussi les passages en moto sans grand intérêt. Autre défaut, majeur celui-là, la durée de vie de MadWorld, puisque je l’ai terminé en trois petites heures sans forcer, le temps de boucler une douzaine de niveaux minuscules et autant de boss (souvent gigantesques par contre). Néanmoins, le titre de Platinum Games reste très fun à jouer, et à écouter aussi par ailleurs, véritable festival d’insultes et de blagues foireuses. Bref, de l’ultra violence qui ne se prend jamais au sérieux dans laquelle on se baigne et se vautre allègrement, mais vingt euros de l’heure, ça fait quand même un petit peu mal au cul. Et tout ça, c’est sur la Wii !

Par Sylkarion, le 19 mai 2009 dans Wii ¤ [0] Commentaires

Vos commentaires

Ajouter un commentaire ?